J'ai peur ! J'ai peur car je dispose d'une cave et à la lecture de cet opus, j'ai le sentiment profond que je n'aurai plus le courage d'y accéder! Cet auteur possède un imaginaire si féroce et si réaliste que son personnage de tueur en série, nécessairement fort perturbé, en rajoute une louche à l'aide d'une solution de sa composition qui attire ce qu'il appelle des "goules". Ces créatures, absolument horrifiques et se déplaçant par bandes, attirées olfactivement par ce produit bien particulier, sont sanguinaires et anthropophagiques, déchirant , dévorant les chairs de ses victimes. "L'arracheur du Massachusetts" est né, avec cette marque de fabrique spécifique de corps dépecés, des morceaux en moins. La lieutenante Carla Mendez, affublée en plus d'un compagnon drogué au dernier centuple, va devoir se coltiner ce cinglé qui n'en est pourtant qu'à la première marche d'une longue série funeste, macabre. Je me suis interrogé quant à l'impétrant : mais où va-t-il chercher cette inspiration tonitruante, effarante, "éberluante"? Les bras m'en tombent. Ai-je été effrayé, Oui, je l'avoue et son objectif est donc atteint et je l'en remercie , car quoi de plus décevant quand un lecteur éprouve comme un ratage! Le seul point négatif: ma cave m'est désormais inenvisageable, dommage.  NSP!    

Ajouter un commentaire