Ne tergiversons pas, pour moi, cet auteur est du même niveau que Simenon et son personnage récurrent, le désormais fameux commissaire Soneri, c'est Maigret version transalpine! On retrouve chez cet écrivain des atouts similaires, en particulier cette atmosphère angoissante, anxiogène, qui font à la fois le charme et la touffeur de leurs deux oeuvres. Car dans le cas de Varesi, on peut d'ores et déjà évoquer le mot d'oeuvre après cinq opus traduits en français et bien d'autres devraient suivre. Voilà, ça se passe comme toujours à Parme et ses environs proches, les Apennins et leurs villages isolés. Attention, il y a certaines pages somptueuses concernant la nature et la forêt dans ce roman noir doublé d'un polar. C'est la découverte d'un corps en plein milieu de la ville de Parme qui va jeter l'émoi, et Soneri à l'instinct toujours en éveil va monter dans les villages en aval, notamment Monterupa, car il sait qu'un corps rejeté du Pô vient forcément de là-haut. Et là, nous allons découvrir une ambiance, des personnages hors du commun, des taiseux que même les Siciliens et les Corses sont battus, de vrais dissimulateurs verrouillés à triple tour , et Soneri sait d'emblée que ce sera l'une de ses enquêtes les plus ardues. Mais Soneri, c'est un patient, un scrutateur, un "emmerdeur" et épaulé à distance, blocage de la route d'accés oblige, par une équipe compétente et soudée, aucun noeud gordien ne saurait lui résister.  Lecture chaudement recommandée!  NSP.

Ajouter un commentaire

 
×