Certainement l'un des livres les plus durs et les plus noirs lus depuis longtemps ! C'est le parcours tragique d'une femme, d'une épouse, d'une mère, qui craque et sombre dans les confins de la folie. Mariée depuis quelques années avec Maxime, bien sous tous rapports apparemment, mère d'une petite Zélie de quatre mois, le mari disparaît soudainement un soir en emmenant sa petite fille, tout du moins c'est sa version racontée à la police! Et puis, quelque temps plus tard, elle sombre et avoue au gradé qui l'interroge qu'elle a tué son époux. Et c'est cette narration de cette plongée dans la violence mutuelle du couple et l'enfer que leur fait vivre l'enfant qui nous est racontée, ainsi les courriers réguliers écrits à son père décédé dont elle se tient responsable. Lecture fort rude qui nous fait pénétrer dans l'univers terrible , épouvantable, de cette femme, qui, manifestement, n'était pas faite pour être mariée, encore moins mère. Néanmoins une lecture nécessaire qui nous éclaire sur le pourquoi du comment de certains meurtres et certains infanticides. Un livre que je ne suis pas près d'oublier, qui va laisser des traces irréversibles. Lilas, Zélie, resteront longtemps dans mon coeur ! très vifs remerciements aux éditions Le Muscadier, à Bruno Courtet, directeur éditorial.

Ajouter un commentaire