Superbe , à la poésie douce-amère, un opus métaphorique à la fois d'une sublime douceur et d'une noirceur pétrie d'une gangue d'amour. L'écriture y transpire d'une sensibilité faite de phrases elliptiques, procurant un style allégé , comme aérien et éthéré. Magnifique tout simplement. C'est l'histoire d'un petit garçon , Romain, pas tout à fait comme les autres, lunaire mais d'une singulière gentillesse. Il est le benjamin d'une fratrie de trois enfants et de parents aimants. Et puis un jour à l'école où il est esseulé, il disparaît et une très longue quête débute. Les parents au fil du temps, baissent les bras mais Thibault, l'aîné, ne peut se résoudre à perdre tout espoir car on ne disparaît à neuf ans! Le lecteur va suivre en parallèle deux cheminements , le Romain jusqu'à son effacement, et Pietro dont d'aucuns pourraient songer qu'il se trouve être un autre Romain transalpin recueilli par un couple d'anachorètes. C'est un livre splendide, à la langue lumineuse, traversé par le spectre entier de couleurs somptueuses, l'arbre de vie y est consubstantiel à notre existence d'humains et "peupler la colline" n'a rien d'une circonvolution hasardeuse, vous le constaterez. Extrait :" Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en ont lu qu'une page".  Très vifs remerciements aux éditions Le Passage , à Freda Friant.

Ajouter un commentaire

 
×