Attention, chef d'oeuvre et dans toutes ses composantes, les fabuleuses recherches historiques, documentalistes et documentaristes, un travail de titan, un ouvrage pointilliste qui s'insinue jusque dans les plus infimes détails de l'Histoire, quand la grande télescope la petite. C'est un monument de saloperie humaine , c'est Sartre à la sauce Harendt, la banalité du mal au tréfonds de l'ignominie. Car l'inspecteur Sadorski, c'est la représentation de tous les symboles de la nature humaine, la lâcheté, la veulerie, la rouerie, la duplicité, l'opportunisme, c'est Machiavel au XXème siècle. Suite à tous ces tsunamis de l'histoire, "le cul bordé de nouilles", il est toujours présent, traversant les épreuves et les dangers avec un culot extrême et une réussite confinant presque à la galéjade. Sadorski, le Arturo Bracchetti du déguisement, sorte de camé"LEON" ou de gecko du travestissement, vous file entre les doigts, telle une anguille vicelarde. Mais le fondement de l'équation, c'est l'absence totale de conviction et le sens aveugle de l'obéissance, jusqu'à ce que le bras armé de la "Faucheuse" vienne affleurer l'individu, et là, il se carapate. Car ce n'est pas un courageux, notre bonhomme, qu'on peut croiser à tous les coins de trottoir et à travers les siècles, c'est en fait une sorte d'Homme sans Qualités, si cher au grand écrivain autichien Robert Musil. Immenses remerciements à l'auteur, aux éditions Robert Laffont et à Sandrine Perrier-Replein, attachée de presse.  Parution le 1er Septembre.

Ajouter un commentaire