Créer un site internet

Actualité oblige, un polar ayant pour cadre le légendaire Tour de France , et diablement bien écrit. Dax, ville moyenne du Sud-Ouest dont le maire a fait le forcing pour accueillir la Grande Boucle! Malheureusement, il ne pouvait prévoir que l'arrivée de l'étape dans sa cité serait marqué par un drame, l'assassinat d'un coureur en plein sprint. Cela va être l'occasion pour l'équipe de gendarmerie du chef Morgan et de son compère Marcel de déployer tous leurs talents d'investigateurs et de pénéter un milieu pour le moins hermétique, celui du cyclisme professionnel.Alors, bien sûr, on y parle dopage mais pas que et c'est aussi l'occasion pour l'auteur d'y démonter son très grand talent de portraitiste. Extrait " Son poids de forme avait bigrement évolué. De nos jours, il est vrai que tout augmente et l'aiguille de sa balance ne dérogeait pas à ce principe de base.Elle indiquait sans vergogne près d'un demi-quintal supplementaire.Aujourd'hui, sans prendre le moindre stéroide anabolisant, il aurait été sélectionné sur le champ dans l'équipe d'haltérophilie flamande.Ses cheveux blonds taillés en brosse surplombaient un carafon cubique et un faciès à la peau lisse et claire.Deux yeux ronds et bleu acier brillaient sous un large front sans ride, le menton carré proéminent lui donnait un air volontaire.Le nez en bec d'aigle renforçait cette impression de dureté soulignée par une bouche aux lèvres fines, pâles et parfaitement dessinées."  "Un quinquagénaire bien mûr qui déboulait du bout du couloir, gros, rouge, essouflé, hoquetant, éructant, un fac-similé de Marcel mais décati, mal conservé, boucané. Il portait une chemise de couleur indéfinissable, peut-être bleue, à laquelle il manquait les deux premiers boutons du haut.Un pantalon gris anthracite tombait en accordéon sur des chaussures noires dont le cuir n'avait jamais connu la douceur d'une caresse de chiffon laineux au cirage bien gras et nourrissant. Aussi large qu'une armoire normande, coiffé d'un vieux Stetson en paille, barbe de trois jours, le bestiau se campa devant Morgan." Un style de ce type ne peut vous laisser indifférent et quant à l'intrigue, elle est superbement construite avec un rebondissement final dont vous me direz des nouvelles. Un grand merci aux éditions Cairn et à Pierre-Max Bourguignon.

Ajouter un commentaire