Ce splendide roman se présente comme un camouflet face à toutes les inféodations aux cultes de quelque obédience qu'ils soient !! Une magistrale démonstration de l'abomination de toute religion et de leur émanation terrestre à travers leurs simulacres de représentants, vecteurs essentiellement de sectarisme et de violence en germination dans tout leur être! Fantastique volée de bois vert face au retour actuel d'obscurantismes de tous bords, cet opus est une lecture nécessaire via les parcours de vie de Nadia, de Jacques, d'Edmond et de ces figures de la cupidité que sont un comte, un notaire et un maire dans le bocage vendéen! L'auteur ajuste un parfait parallélisme sur plus d'un siècle entre les effets dévastateurs d'une chrétienté mal digérée et un islam dévoyé passé aux mains d'illuminés sanguinaires! Extraits:" La folie religieuse.Le fanatisme.Ces tyrans en costume de prophète qui prétendent être des serviteurs mais se conduisent comme des maîtres. Comme s'ils avaient chassé Dieu de son ciel, s'étaient assis sur son trône, arrogé ses pouvoirs présumés. Tu ne tueras point, mais moi oui, car j'ai l'aval du Prophète, tu ne voleras pas mais moi je te ferai payer l'impôt car je suis le percepteur céleste." "Existe-t-il démence plus avancée, sauvagerie plus raffinée, que celles prônées par des prêcheurs costumés, triturant leurs écrits surannés baptisés TEXTES SAINTS, pour en extraire la liqueur de leurs fantasmes?"  Tuer ce que l'on aime, ils sont étranges les peuples, à se prosterner devant ce qui les avilit, par peur, par indifférence, par suivisme ou par bonne foi, au nom d'une idée ou d'un homme providentiel, un meneur, un chef, un seigneur, un prophète, un Jésus, un Mohamed......." Les drogues ne sont pas seulement chimiques. Des foules entières se dopent aux textes saints et en retirent des certitudes tranchantes comme des lames de couteau, ou des exaltations brûlantes comme des bûchers."  J'aurai pu vous citer de nombreux autres passages éclairants, mais comme l'on dit, qui trop embrasse mal étreint !!  A lire absolument mais je vous dis ça sans diktats, sans ukazes bien sûr !  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire