Encore une bifurcation vers la littérature dite "générale" me diront certains? Oui, je le confesse, mais rassurez-vous , je retourne de suite vers la Noire. Non pas que ce dernier opus fût décevant , ô non, c'est même tout le contraire! C'est le Pouvoir , dans toutes ses affres et ces vénéneux débordements, qui est mis en lumière dans ce remarquable premier roman ( qui va nécessairement en appeler d'autres!) sis dans un pays prétendument imaginaire (en est-on si sûr?) entre Claude, jusqu'à ce jour conseiller de l'ombre mais qui se sent pousser des ailes face à l'impéritie, l'incurie d'une présidente au règne finissant, et Barbara, jeune et magnétique pasionaria nommée à la tête de la plus misérable région de France, la Douvre, qui possède de furieuses ressemblances avec notre Berry actuel, n'en déplaise à ses autochtones. C'est le donc le récit d'une longue lutte sempiternelle pour le Pouvoir, à la fois adoré et honni, à travers ses coups fourrés, ses trahisons, ses manipulations, ses instrumentalisations, ses personnages à la probité douteuse, au goût du bien commun frelaté, à l'ambition sans fard et sans vergogne que nous narre ce remarquable et salutaire premier ouvrage dans une langue très travaillée nous procurant un indéniable plaisir de lecture!  "Extrait :La politique, cette prétention moderne à s(occuper des affaires des autres à leur place, se révélait non seulement superflue, mais même parfaitement nuisible. Elle avait pour seul but de troubler l'harmonie naturelle du monde, de brouiller la ligne. Les politiques étaient les parasites de notre temps, c'est pourquoi ils devaient être impitoyablement éliminés."    "De toute éternité, il n'y a de pouvoir que s'il y a des gens pour obéir.Le pouvoir, ce n'est que cela: le fait que les gens obéissent , fassent ce qu'on leur dit de faire. Retirez cette obéissance, cette soumission, et tout s'écroule comme un château de cartes. A tout moment, aujourd'hui comme hier, les gouvernés peuvent retirer leur consentement."  Inutile de préciser que J'AI ADORE !! Et que la tonalité de cet opus résonne singulièrement avec une actualité brûlante, n'est-il pas ?  Un grand bravo à l'auteur et au choix de l'éditeur !   

Couverture du livre : État de nature

Ajouter un commentaire