Bienvenue dans l'enfer du capitalisme livresque ! Ce brûlot cinglant vous fait pénétrer dans les arcanes apparentées à un jungle de l'univers impitoyable de l'édition et ça fait peur ! L'auteur, superbement informé, commence par nous narrer l'historique des grandes maisons , telles Hachette, et déjà là, ce n'est pas triste , y compris au XIX siècle ! Que de coups fourrés , de trahisons et de mensonges, que de saloperies, arnaques, escroqueries, sous une apparence policée, déjà à cette époque lointaine , les prémices d'un essor inarrêtable. Mais que dire de la suite, des aspects sordides et malsains de nombreux "gros" éditeurs sous l'occupation nazie, de compromissions honteuses et dissimulées, puis des assauts à la fois maladroits et désastreux , d'un par exemple Jean-Marie Messier, un condotierre totalement incompétent et "border line" qui a bien failli faire couler le conglomérat Vivendi et ses milliers de salariés avec , à cause d'une mégalomanie galopante ! Mais la suite est bien pire, quand Lagardère père meurt prématurément et condamne Hachette à passer aux mains d'un fils unique "j'enfoutiste" , enfant gâté et complètement débordé! La fusion Hachette/Editis pouvait poindre à l'horizon, et là, c'est l'apothéose d'un capitalisme débridé, sans fard, se moquant ouvertement de toutes barrières sous la férule d'un Vincent Bolloré en prélat cardinalice , n'hésitant pas , tel un anaconda , à avaler tout cru des proies parfois deux fois plus grosses que lui, à pratiquer la politique de la terre brûlée, absorbant des maisons d'une très grande qualité , mais dont il se contrefout , car pour lui, le livre n'est qu'une marchandise comme une autre, lui servant avant tout de tremplin pour accélérer encore son ascension vertigineuse, jusqu'à n'en faire plus , à terme, qu'un seul , voire deux acteurs monopolistiques sur la scène livresque ! Hachette ayyant désormais été absorbe par Editis, seul présentement Madrigall, anagramme de Gallimard , parvient à rester la tête hors de l'eau grâce à sa grande qualité de production , mais jusqu'à quand , rien ne semblant résister aux sirènes puant l'encens d 'un catholicisme réactionnaire du Breton des cendant d'une usine de papier bible et à cigarettes, Comme quoi le tabac sous la forme lé plus surprenante peut mener à tout , y compris aux pires avanies ! Evitons d'évoquer le Bolloré africain , j'ai envie de gerber, et étant d'une fragilité intestinale légendaire, je me contenterai du secteur éditorial, déjà bien suffisant pour nous écoeurer ! Pour l' anecdote, les marques d'Editis sont les seules avec lesquelles je n'ai pas de services presse, étonnant non ? Nous nous préparons un avenir fort sombre, et ce, dans des délais fort rapprochés, surtout quand on constate que plusieurs maisons d'édition , en peu de temps, ont mis la clef sous la porte, celà n'étant que le début , je le sais et je le crains, d'une liste funeste qui viendra compléter un tableau à la Jérôme Bosch déjà fort peu reluisant !      

Ajouter un commentaire