peterlesboulons_couvQuel style, ébouriffant, étourdissant, sur un rythme échevelé et porté par un esprit de révolte que rien ni personne ne semble devoir arrêter!  Extraits, attention, ça décoiffe :"Le corps des pauvres est le Luna Park inépuisable des riches". "La façon dont les émeraudes passent des entrailles des pays pauvres aux bijouteries des pays riches ne pose pas de problèmes moraux. En revanche, la façon dont les émeraudes passent des bijouteries dans la poche des pauvres des pays riches est un scandale insupportable."  "Il ne va pas attendre sous les ponts que l'Etat français décide du tiroir dans lequel il va le classer". "Les pauvres sont la nourriture, les jouets, les outils, les cobayes, les sex-toys des riches."  "L'Etat social marchait à plein régime, pour le profit de ceux qui n'en avaient pas besoin et au détriment de ceux qui tombaient sous sa tyrannie. Ni les flics, ni les assistantes sociales, ni les placiers, ni les toubibs, ni les profs, ni les employés de la CAF, ni les matons, ni les psys n'étaient conçus pour autre chose que pour cadrer et préserver l'injustice en en huilant les rouages."  "Des croyants de la démocratie, des culs-bénits de l'Etat Social. Qui ne voient vraiment aucun inconvénient à ce que les flics prolifèrent, à ce que les taules existent. Qui trouvent absolument normal qu'il y ait des maîtres et des esclaves, des patrons et des employés. Des patrons qui se torchent avec la peau des employés et des employés qui disent merci. Qui trouvent que tout ne va pas si mal dans ce monde tout à fait acceptable et qui pourrait être pire. Qui paraît-il est pire ailleurs."  "Désormais on ne se souciait donc plus que d'asservir les pauvres par tous les moyens. Les harceler, les racketter, les intimider, les déshabiller et les affamer. La guerre sociale tombait les masques."  Et tutti quanti..... Je vous avais prévenu , c'est violent et brillant. Le déclic, c'est quand le père d'Irène, Lucien, subit les dégâts d'une grossière erreur opératoire! Cette dernière, folle de rage, va alors s'engager dans une quête meurtrière de toute personne qu'elle considère, sur l'échiquier économico/social, comme responsable à son niveau du maintien d'un ordre établi terriblement injuste et intenable! Et en même temps, c'est drôle d'un rire sarcastique et certaines scènes sont irrésistibles, par exemple le télescopage entre deux planètes aux extrémités contraires de la galaxie, les ultra-riches, et le "Lumpenprolétariat"! En tout cas, je me suis délecté en lisant ce roman noir très décalé à la plume très incisive! Vous ne connaissez pas Laurence Biberfeld? C'est une carence qu'il est impératif de combler!  De vifs remerciements à la maison d'édition IN8 qui recèle un sacré catalogue!  

  

Ajouter un commentaire