Je n'ai pas le souvenir d'avoir lu un opus aussi noir, aussi dur depuis de très longues années, voire jamais, et quand on sait qu'il est inspiré de faits divers réels, je vous laisse imaginer la quintessence de l'être humain! C'est l'histoire épouvantable d'une famille cantalienne enfermée durant trente-huit ans, deux frères et une soeur, et leur père dans les débuts, de 1945 à 1981, subissant un huis clos insupportable dans des conditions extrêmes de saleté et de promiscuité, le syndrome de Diogène relégué au rang d'aimable plaisanterie!L'ouvrage est majoritairement constitué de lettres que les trois impétrants Ferdinand, Adrien et Blandine s'envoyaient régulièrement et que le psychiatre/professeur Erard analyse, interloqué face à cette énigme méphitique, sous la pression médiatique du juge Andrey. Et le lecteur va alors pénétrer dans des remugles inouis, limite insoutenables. Et tout cet enfer parce que Blandine a été amoureuse d'un allemand , tondue et violée à la libération par de prétendus résistants, leur père, patriote obtus, ne pouvant soutenir l'insoutenable. Attention, âmes sensibles s'abstenir, nous ne sommes pas chez les bisounours et c'est tant mieux, c'est effectivement un livre à nul autre pareil ! Très vifs remerciements aux éditions Héliopoles et à Zoé Leroy/Rosset,  PARUTION LE 25 AOUT .    

Ajouter un commentaire