Voici un roman noir de très haute volée qui nous avertit que, si nous persistons dans notre passivité, nous nous dirigeons tout droit et très vite vers la plus effroyable des dictatures. Orden est un écrivain/poète libre penseur qui a dans l'immédiat échappé aux sbires de la caste au pouvoir. Par le plus grand des hasards, il retrouve Cybèle, son ancienne amour. De son côté, Rome et son bébé crévent de faim et le mari Jack vient de se faire prendre par la garde prétorienne du pouvoir alors qu'il tentait de voler de la nourriture. C'est un paysage très obscur , désespéré , que nous dessine l'auteur, sous forme d'avertissement en nous précisant que si, collectivement , nous ne réagissons pas rapidement, nous entrerons définitivement dans une ère sombre, privée de toute liberté. Quoi de plus clair que ce passage :" Ils ont eu ce qu'ils voulaient par la force et la propagande.Ils ont retourné le langage, perverti les mots jusqu'au plus petit pour que plus rien ne signifie ce qu'il signifiait clairement. L'histoire a été effacée, niée. Ils ont crée un récit national à leur gloire.Ils ont brisé toutes les solidarités. Ils ont mis en concurrence les salariés entre eux, les jeunes contre les vieux, les hommes contre les femmes, les Blancs contre les Noirs, les Jaunes, les n'importe quoi contre tous. L'étranger, c'était l'ennemi à l'intérieur comme à l'extérieur. Ils voulaient le chaos, l'amnésie, la confusion mentale pour qu'aucune force ne soit capable de s'opposer à eux. Ils voulaient la guerre. Et quand ils ont été exaucés, ils ont masqué la réalité derrière mille écrans; pour que l'illusion devienne une vérité, claire, nette, sans bavure. Leur vérité! Et ils nous ont tendu des miroirs pour que nous vivions sans jamais rien personne que nous-mêmes." Si avec ce passageprémonitoire, vous ne comprenez pas ce qui vous attend.  Un très grand merci aux éditions Albin Michel et à Stéphanie Nioche, attachée de presse.

Ajouter un commentaire

 
×