Créer un site internet

On le craignait depuis si longtemps, on le savait si inévitable, incontournable puisque l'Homme est ainsi fait qu'il se précipite droit dans le mur en klaxonnant, ça y est le chaos est intervenu, le merdier , nous y étions, et l'humanité ne se résumait plus qu'à quelques groupes épars, tentant de survivre dans une autarcie névrotique. Ainsi Angus en est-il , après avoir rejoint entre autres Kevin, Pat, Diana , dans une communauté dont l'autonomie alimentaire s'avère bien fragile. A l'aide de très longues phrases au style monocorde, peut-être pour mieux souligner l'épouvantable réalité de l'effondrement, la radicale impossibilité d'un retour en arrière, l'auteur nous fait comprendre les immenses périls qui surviennent. Extrait : "La Rochelle n'existe plus , Bernard, c'est l'océan maintenant qui a pris le dessus. Mais il y en avait tellement de ces réfugiés climatiques, ça pullulait, qui venaient de partout, des quatre points cardinaux, ayant échappé à une mort affreuse, affamés, transis, malades, désespérés, furieux, et moins il y avait de terres immergées et plus ça engendrait des guerres et des guerres à n'en plus finir, des atrocités de tout ordre." Il eut été nécessaire de saisir bien d'autres passages éclairants mais ce dernier suffira déjà à éclairer la gravité de l'instant! Court opus certes, mais tranchant, acéré, sans concession, sans rémission.  Très vifs remerciements aux éditions La Déviation et à l'auteur.

Ajouter un commentaire

 
×