Voilà l'histoire d'un héros au destin franchement tourmenté, lui qui se croyait argentin et issu de personnes bien sous tous rapports. Mais quand on baigne dans les non-dits et les mensonges les plus éhontés, arrive un jour où le voile se déchire mais par petits bouts, de quoi faire perdre la tête au plus solide des hommes. Il y a de nombreuses années, Rodrigo encore ado est arrivé orphelin à Brest en provenance de Buenos-Aires pour atterir dans un pensionnat catholique ultra-rigide. Brillant élève, avec son compère Loic, suite à ses études, il va créer Rodrigo Chemicals, une boîte pharmaceutique qui va devenir un cador du genre. Ce sont les premières pages d'un manuscrit retrouvé à côté d'un cadavre déjà fort abîmé. Va alors se dérouler l'histoire incroyable de ce Rodrigo Ganos. Cet opus, c'est comme un meuble à multiples tiroirs secrets, vous savez ces "chinoiseries" qu'on trouve parfois au détour d'un brocanteur, aux riches marqueteries. On croit que c'est terminé, et bien non, ça rebondit encore, tels des ludions inépuisables, et il se révéle insaisissable en dépit des pages tournées, qui dit la vérité et qui ment ! C'est stricto sensu étourdissant, vertigineux, vous êtes quasiment saisi de malaise face à un scénario aussi arachnéen. Dans ce dédale digne du Minotaure, quels jeux jouent ces David, Roucaud, Marthe, Noura, Loic, avec en arrière-plan, ce passé si lourd et nauséeux du nazisme et de la collaboration ? Extrait :" Les plus grandes exactions ne sont pas commises par d'abominables criminels assoifés de sang, mais par des types normaux, de caractère zélé, soumis par vocation aux autorités jugées légitimes."  Très vifs remerciements aux éditions Lucien Souny, à Véronique Thabuis.

Ajouter un commentaire

 
×