Un livre à ne pas mettre entre les mains saumâtres d'un certain E.Z. et de ses sbires, celui d'une saga familiale de Guinéens venue à Paris pour échapper à la dictature d'un certain Sekou Touré à Conakry. C'est l'histoire de Hamadi, fils du "Chirurgien" et de Marie, rétif à l'école, ainé d'une fratrie, Fati, Yéro, Amada, Aissa, Aminata et qui va rapidement vriller parce que dans l'incapacité de supporter l'Ecole prétendument républicaine et lui, destiné à devenir le chef de famille, va être le seul à emprunter des chemins de traverse. Par proximité géographique dans la banlieue nord de Paris, il va rejoindre la "Fraternité" , une bande de potes avec Arthur, Kader, Esteban et Georges, passant de la petite délinquance à la "baston" et que rien ne viendra jamais déchirer. Cette solidarité des rues est presque poignante si elle n'était fondée sur de la violence et des trafics dont Hamadi, coeur d'artichaut et esprit puéril , ne parviendra qu'épisodiquement à se défaire. Un superbe opus qui vaut toutes les thèses sur l'intégration, ses échecs mais aussi ses grandes réussites, songez donc, tous les autres membres vont y parvenir sans barguigner! Une toute jeune auteure de 26 ans et un premier roman qui méritent toute ma reconnaissance et ma considération. Et une superbe litote en passant :" Une absence qui s'exhibe" . Vifs remerciements aux éditions De Borée, à Virginie Bourgeon, attachée de presse, et Ghita Azimou, assistante éditoriale.

Ajouter un commentaire