Quel superbe roman , poignant , émouvant, d'une si profonde humanité. Il vous raconte par le menu, sous la plume alerte et empathique d'une journaliste, la tentative de soulèvement pacifique dans un grand pays arabe, l'Egypte pour ne pas la nommer, d'une partie de la jeunesse ayant soif de liberté et d'une respiration , de bouffées d'oxygène devenues incontournables. Nous allons suivre les trajectoires croisées de Kaouthar et de Mariam, deux de ces jeunes femmes admirables qui jamais, sauf l'improbabilité de la vie, n'auraient du se rencontrer. Kaouthar est restée en Egypte, obnubilée à jamais par les quelques jours merveilleux de la place Tahrir en 2010, jours d'ivresse populaire et d'une liberté sans contrainte, Mariam est partie à Paris à Paris pour y poursuivre des études supérieures et devenir une grande avocate. Mais on n'échappe pas d'un claquement de doigts à ses origines, à ses irréfragables espoirs et à une tenace nostalgie. Extrait :" Le système va plus loin dans l'horreur que l'imagination de ses bourreaux, ils sont dépassés par leurs propres fantasmes, pour être honnête, je crois que personne ne contrôle plus rien." Les pages 124,125 et 126 sont particulièrement à suivre car elles sont universelles sur les menaces et les atteintes à la démocratie et notre pays n'est nullement à l'abri, n'oublions jamais ça. Noublions pas non plus que la France est le premier pays exportateur d'armes vers l'Egypte, dictature implacable et sanglante, et dictateur que nous recevons régulièrement en grandes pompes, certainement pour lui cirer ! Un livre à la fois admirable et désespérant. Très vifs remerciements aux éditions de l'Aube et à leur super attachée de presse, Isabelle Lacroze.  Une chronique dédiée à mon ami Léo Lapointe, cet infatigable combattant de la liberté sous toutes les latitudes.

Ajouter un commentaire