Mais quelle idée singulière que celle d'accepter , en échange d'une promotion, un poste de gardien de cimetière avec logement de fonction sur place et d'y emmener toute sa petite famille dont Madeline, cheffe pompier, et leurs trois enfants, Michael, Eliot et la petite Anna, car tout va partir de là, cette lente et résistible érosion de leurs relations, comme parallèle à celle de la maison, vieille, humide, funèbre, qui se fissure toujours davantage au fil du temps. Avouez qu'avoir sous les yeux à longueur de journée la vision de sépultures délabrées et fantomatiques a de quoi vous transmettre le bourdon et vous user le moral. Même Christian, à l'initiative de ce bouleversement familial, commence à en ressentir les désagréments car cette maison est manifestement malsaine à de nombreux égards. C'est un opus qui fait souvent froid dans le dos, car la Mort sous ses diverses représentations, y rôde maintes fois et le lecteur ne pourra pas dire qu'il se déride à chaque détour de page. Dans un style d'une remarquable finesse, l'auteure nous délivre là un livre au contexte déroutant, qui vous met mal à l'aise mais n'est-ce pas le but recherché? Si c'est le cas, l'objectif est atteint indéniablement. Seul un personnage m'a beaucoup fait rire par son naturel et sa spontanéité, celui de la petite Anna, d'une étonnante débrouillardise. NSP. 

Ajouter un commentaire

 
×