Le polar de la violence , du racisme, de la xénophobie, de l'exploitation, tous ces maux ignobles et comme intrinséquement liés à l'essence de la nature humaine sont concentrés dans cet opus d'une rare clairvoyance. L'action se situe en Angleterre mais de nombreux autres pays pourraient s'y retrouver. Un cadavre pendu est retrouvé en plein milieu urbain, suicide ou meurtre, difficile à le déterminer, surtout qu'il ne manque pas de mouvements extrêmistes à en être les potentiels exécuteurs. Car ce corps se révéle être celui d'un Lituanien venu parmi d'autres travailler dans des conditions abominables dans le milieu agricole. Nous allons ainsi suivre les parcours parallèles de Lukas ( le cadavre) et de Matis , son compagnon d'infortune, et de l'autre celui des policiers, de la progression de leur enquête avec l'explosive Manon Bradshaw, transparente et authentique, ce qui en défrise certains, pusillanimes, et Davy son adjoint, qui lui apporte son équilibre et sa mesure! C'est un opus remarquablement construit, à l'aide de chapitres courts, passant de l'une à l'autre des parties et nous décrivant l'épouvantable condition de ces immigrés de l'Est, sous la férule de passeurs sans foi ni loi, trafiquants de bas étage. Extraits : "Personne ne s'intéresse à la démocratie quand on a faim".  "L'ignorance est de nouveau à la mode, tout ce qu'elle requiet aujourd'hui est une réaction à chaud et un fil Twitter. Les personnes vraiment stupides sont justement trop stupides pour se rendre compte qu'elles le sont, elles ne savent pas ce qu'elles ne savent pas........"  "La police voudrait une version d'elle plus lisse, aux angles rabotés et malgré sa dévotion au travail, elle n'est pas sûre de pouvoir le supporter davantage. A-t-elle vraiment sa place dans cette bureaucratie pesante, grevée par les menaces de plainte, où tout est "développement des performances" et "plan d'action"? Qu'est-ce que ces foutauses ont à voir avec l'arrestation d'un coupable"? " Farquharson ( Zemmour ?), dont le boulot principal est d'être à la solde des médias, est un homme éduqué, à l'intelligence supérieure à la moyenne, il peut donc exprimer les sentiments furieux de ses suiveurs pour donner un sens à leur rage futile et un but éphémère à leur impuissance."  Vifs remerciements aux éditions Les Arènes et à Hind Boutaljante, attachée de presse.

Ajouter un commentaire

 
×