Le moins que l'on puisse dire est que la thématique choisie par l'auteur pour ce polar est d'une remarquable et funèbre originalité. Et quelle construction d'intrigue , sans omettre ces personnages qui égaient........ ou pas cette histoire pour le moins dantesque ! Elle commence presque comme une bluette, un jour de marché de noel dracénois, si ce n'est cette présence inusitée d'un sculpteur fort atypique qui pratique avec élégance l'attirance/répulsion. Mais ces objets sont tellement plus vrais que nature que le médecin légiste local va s'en procurer pour un ami cher.  A partir de là, tout s'emballe à une vitesse vertigineuse, crescendo car, suite à un accident bête, la résine recouvrant les dites sculptures va mettre au jour de vrais squelettes. Dès lors , le désormais célèbre commissaire Théo Payardelle va pointer le bout de son museau et le connaissant , il n'est pas prêt de lâcher sa prise à défaut de lâcher prise. Très bel opus, remarquablement conté à travers des personnages prégnants et un sujet doublement explosif , qui fait se transmuer les lecteurs du centre varois aux ardennes à la poursuite d'une nébuleux "serial killer" mais la cible n'est-elle pas trompeuse, telle est la question? Une lecture particulièrement plaisante où l'épicurisme, l'hédonisme du héros sont confirmés, reflets probables mais non culpabilisants de l'auteur lui-même. Un thème drôlatique tout de même que ces crânes, une chose est certaine , je n'en boirai jamais en infusion ! Un petit bémol néanmoins se rapportant au style, j'ai trouvé certains mots utilisés de façon trop récurrentes à mon goût, contrarié en est un exemple flagrant, mais je deviens au fil du temps excessivement pointilleux, voire vétilleux. Vifs remerciements aux éditions Lajouanie, à l'illustrissime graphiste Caroline Lainé, et au patron après "Dieu" ( je déconne!) Jean-Charles.

Ajouter un commentaire