Je devinai, allez savoir pourquoi, que ce roman historique allait me réserver de magnifiques surprises, et bien loin de me décevoir, il m'a conforté dans mes intuitions! Superbe, passionnant et profondément instructif, c'est à la fois le portrait et le parcours d'un homme écartelé, à l'ambivalence consubstantiel à son être, quasi dissocié, mais quel homme !! Hubert d'Arzacq ne se fond surtout pas dans la masse, il se distingue haut et fort par un apparent dandysme désinvolte, qu'il promène lors des années folles, cette période de lâcher prise totale après la boucherie de 14/18. Oisif et fort "argenté", ce qu'on sait moins, c'est qu'il a été au coeur de la bataille. Désormais, il promène son élégance détachée parmi une faune parisianiste qu'on qualifierait de nos jours de "people" si ce n'était anachronique, mais une faune terriblement talentueuse, comme les flamboyants Scott et Zelda Fitzerald, Hemingway et son côté Falstaff, Cocteau et autre Cartier. Amoureux transi d'une première danceuse de l'Opéra de Paris, Aurélia, ce sera la blessure béante de sa vie. Mais Hubert est un vrai Janus, et son autre visage va surgir inopinément douze ans plus tard du côté des Républicains espagnols au côté de Malraux toujours survolté et Saint-Exupéry, au côté de son ancien majordome Michel, devenu son lieutenant. Ne désirant pas dévoiler un splendide final, à vous de le découvrir. C'est un roman remarquablement construit, où les personnages remarquablement dessinés, en dépit de leurs failles et de leurs souffrances, vous seront nécessairement empathiques. C'est une lecture riche, dense, prenante, qui vous apprendra beaucoup de choses. Enchanté par cette lecture , je tiens à remercier vivement les éditions cantaliennes de la Charaigneraie pour leur magnifique travail, et Philippe Pourxet, le brillant auteur.

Ajouter un commentaire

 
×