Cela va à cent à l'heure, ça décoiffe et les personnages sont magnifiques, alors que demandez de plus? C'est tout d'abord un singulier et irrésistible tandem, Zack et Baloo, un maître du poker et son géant de garde du corps qui garde une immense sensibilité dans ses grosses pognes, qui cheminent le long de tripots miteux et d'arrière-salles cafardeuses; Ils vont rencontrer une femme étonnante, Maxine, une experte des cartes qui va les ébahir par son extraordinaire maîtrise de ce jeu. A l'intérieur de cet opus,se nichent des scènes hallucinantes de "baston" ( les scènes avec le dénommé Bastien sont de haute volée!) et on perçoit bien l'appétence scénaristique de l'auteur qui a du vécu du côté du cinéma. Mais le personnage qui m'a le plus profondément touché reste incontestablement le petit Jean, gamin surdoué de 7 ans, bourré de compassion et éclaboussant d'intelligence , lumineux! Quelle trouvaille que de l'avoir inséré dans cet opus! Extraits: "Je suis surdoué. Les gens imaginent pas la plaie que c'est d'être plus intelligents qu'eux.C'est un peu comme être un géant dans une maison de nains. Je me cogne à la bêtise des autres.Alors, pour me soigner,je me force à me ramollir le cerveau."  "Dans un pays où la délation est encore de mise, les chasseurs de prime ne rencontrent que peu de résistance. Rien qu'un billet de vingt glissé dans une paume graisseuse ne puisse dégripper."  "La Française des jeux fait son beurre sur le dos de ces désoeuvrés qui, à force de se dire que dix euros c'est pas grand chose, engloutissent leur loyer, se rabattent sur les prêts à la consommation pour boucler les fins de mois, et se noient dans les agios."  "Car tout le monde se soucie de l'argent, surtout ceux qui en ont." Un grand merci aux éditions les Arènes collection Equinox et à Damien Nassar, attaché de presse. 

Ajouter un commentaire

 
×