Une maman , son fils unique , dans un ghetto déglingué d'une banlieue pourrie , la vraie zone! Une pauvreté qui éclate comme un fruit trop mûr, pas celle qui se dissimule sous des oripeaux de conformisme social, mais celle qui est incrustée sous les ongles d'un déterminisme effréné. La mère a pour son fils un amour si profond qu'elle désire au plus haut qu'il se distingue de la masse par ses atours vestimentaires, au risque de sombrer dans l'excès. Sous perfusion à coup d'allocations sociales réduites à la portion congrue, elle est mensuellement prise d'une fièvre acheteuse compulsive de vêtements luxueux et "décalés" pour sa progéniture adorée. Oui mais, un pauvre se doit de rester à sa place, celle des apparences à perpétuité, alors quand une assistante sociale à tête de fouine ( une tautologie, non?), vient mettre son grain de sel dans un rouage trop huilé, c'est la descente aux enfers! Le fils a beau tenter désespérement de la maintenir la tête hors de l'eau, la mère est saturée de son attitude donquichottesque ! Voilà un court opus noir qui en dit bien plus long que des thèses sociologiques abstruses, ce qui n'est pas peu dire! Pour cinq euros, il serait dommage de vous en priver! 

Ajouter un commentaire