Voici un road movie totalement déjanté et très électrique. Ou comment se retrouver entre anciens potes argentins de collège trente ans après via un réseau dit social, passer la frontière pour passer en Uruguay, chiche ? Sauf que, trente ans plus tard, les personnes ont nécessairement beaucoup changé et que les vicissitudes de l'existence ont fait que les trajectoires ont singulièrement divergé. Nous allons donc découvrir Mario, conducteur hors pair et son véhicule hors d'âge, une Taunus antédiluvienne, Wave Gonzalès, musicien raté qui en a perdu sa famille, et "Le Nerveux", sobriquet qui lui vient d'une extrême agitation voisine de l'hyperactivité. Oui mais, car il y a un gros hic dans le trio, Wave n'a pas joué franc jeu et profite de l'opportunité pour transporter de la cocaine. C'est d'autant plus dangereux quand Mario, le coeur sur la main, décide de prendre en stop une fille enceinte jusqu'aux yeux, Fatima, qui va se révéler une passagère fort croquignolesque. C'est un opus dense, court, contenant des scènes un tantinet jubilatoires, sur un rythme assez démentiel, et ça fait un bien fou de lire ce genre d'ouvrage qui, tout en prétendant au noir, ne se prend pas un seul instant au sérieux. C'est ma première chronique d'un auteur uruguayen, ça ouvre d'autres horizons, ça déconfine! Vifs remerciements aux éditions Métailié et à Marie Voisin, attachée de presse. 

Ajouter un commentaire

 
×