Périgord Noir. Sarlat. Un cabaret familial. Et des assassinats d'une terrible originalité, voilà comment se présente ce pur polar et ne gambergeons pas, c'est une totale réussite. L'intrigue est formidablement inédite, les personnages paraissent si vrais qu'ils transpercent les pages, et c'était un sacré pari car ils sont fort nombreux. Plusieurs thématiques sont abordées et l'auteur, tel un funambule, n'oublions jamais ce fameux cabaret, parvient néanmoins à rendre limpides ces trois-cent-vingt pages, chapeau! Ainsi la gémellité, la crédulité, les médecines dites "douces" voisinant trop souvent avec le charlatanisme ( l'explication du titre, a priori abscons, vient de là, le reiki, technique mystérieuse qui tient un rôle essentiel dans l'opus.) figurent en tête de liste dans l'ouvrage. Le rythme est incroyablement alerte, traversé de rebondissements en retournements. Jenny, Didier, Virginie, Oscar, Guillaume, Emilie, Carole, Laura, Amandine, et bien sûr Goupil figurent parmi les rôles principaux de ce scénario arachnéen, c'est vous dire, car je n'ai pas évoqué le reste du "casting". Je saisis d'autant mieux à ce propos la durée nécessaire à l'écriture d'un tel polar car quel embrouillamini aurait pu se produire et que l'auteur a brillamment évité!  Extraits :" elle regrettait que ce troisième millénaire, longtemps annoncé comme spirituel, ait sombré dans l'adoration des idoles, dans la pédophilie, le terrorisme, le communautarisme, les mouvements sectaires..........." "La criminologie, c'est pareil que les vidéos de cul. Le cinéma porno s'inspire de la réalité, la fantasme, la bestialise et, à son tour, influence nos moeurs et avec les criminologues, il faut aussi en prendre et en laisser."  "De tous les fanatiques, les pires sont ceux qui ne croient en rien, réduisant la vérité humaine à un hasard biologique agrémenté de vagues dérèglements psychiques."  "Ils y a ceux qui ne veulent pas croire, ceux qui ne peuvent pas croire, ceux qui croient mal, les plus dangereux restent ceux qui font semblant de croire, parfois contre leur gré......... Vifs remerciements aux éditions Plon et à Clémentine Duguay, attachée de presse. 

Ajouter un commentaire

 
×