Je n'ai pas souvenir d'avoir rencontré au fil des pages personnage aussi attachant que la petite Fiorina alias "Fio". Et pourtant je peux vous dire qu'elle en fait voir de toutes les couleurs à son entourage proche mais il existe des êtres comme ça qui développe un magnétisme extraordinaire, une attractivité à laquelle rien ni personne ne peut résister. Fio, c'est une ado de quinze ans hospitalisée pour un cancer des os et elle est pourtant intenable, et ce n'est pas Soline, musicienne virtuose, Boris, dessinateur BD, Marciac directeur de clinique humaniste qui me démentiront ! Elle ira et emmènera avec elle dans son tourbillon vertigineux notamment Boris, non sans avoir laissé sur son passage des traces démentielles! Elle n'a plus rien à craindre, "Fio", et veut vivre à cent à l'heure ses derniers instants! J'ai adoré cet opus, bourré d'humain et de tendresse, ne vous fiez donc pas à la carapace des choses, "Fio" a un besoin irrépressible d'amour mais ne sait pas comment l'exprimer. Extrait : pour commencer, une rime tristement riche "Elle vient du'une cité comme beaucoup d'autres où le travail décline et le chômage culmine."  Et plus drôle "les jantes en alu, c'est comme les hémorroides, un jour ou l'autre, tous les trous du cul finissent par s'en payer une paire." Une chouette lecture, même si la toile de fond est désespérée, le tout sur un rythme effréné. Sachez en plus que c'est un nouvel auteur. Vifs remerciements aux éditions Jigal et à Jimmy Gallier.

Ajouter un commentaire

 
×