Il est certain que la connaissant, l'auteure adore bourlinguer et elle le confirme à travers cet opus remarquable sur bien des points, à travers une écriture riche et dense. Faire passer le lecteur de Corée du Sud au Québec n'était pas la chose la plus simple, a fortiori sur une période de vingt-cinq ans, et c'est cependant une réussite. L'histoire d'une vengeance au très long cours mais à rebours, le vengeur étant l'assassin, le parricide qui sort par un malencontreux miracle de l'univers carcéral. Une seule idée en tête, retrouver son ex/épouse pour la faire passer "ad patres", mais cette dernière avec son dernier fils, a changé de patronyme et de vie, et sa progéniture est devenu flic sous le nom de Mark Song. Tout ce roman noir repose sur la réussite morbide ou non de ce projet macabre, et l'auteur au talent reconnu parvient à nous faire tenir en haleine jusqu'à l'issue incertaine, en dépit des patronymes coréens abscons. Mais le plus drôle, c'est d'être parvenu à se mettre dans la tête de chiens de la brigade canine, tel Jindo, qui porte sur l'espèce humaine un regard sans concession! J'ai toujours adoré les labradors. Un très grand merci aux éditions Robert Laffont.

Ajouter un commentaire