C'est le livre qui va révéler la nature humaine profonde, la vraie, l'authentique, pas celle qui, à coup de vernis et d'apprêts, idéalise la façade et paraît vous rendre estimable! A travers des évènements exceptionnels et tragiques dont l'Homme, par le truchement de son insondable rapacité et de son immarcescible cupidité , est exclusivement responsable est coupable, la véritable personnalité de chacun des membres de ce petit groupe de très privilégiés va émerger et de quelle manière! Ce court roman de cent-quatre-vingt pages est impressionnant, des premières pages décrivant la famille Saillard, happy few en son chalet ultra dominateur dans une station "hyper hype" à la spirale infernale qui va les faire retourner à l'état bestial. Et tout ça pour de la neige mais pas n'importe laquelle, une neige perpétuelle, irrésistible, qui s'insinue partout et emprisonne les humains! Dame Nature aurait-elle gagné son combat, entre les cyclones, les incendies,les tsunamis, les inondations, la fonte des glaces, les mers qui montent, l'extinction des espèces animales, l'exploitation ehontée des forêts? Et parviendra-t-elle à bout de cette espèce hautement prédatrice, la race humaine? Extraits :" Ironie de la vie et d'une nature corrompue, quand tout sera investi par les ploucs en tongs et les déchets plastiques, les mêmes seront les derniers à pouvoir contempler, du haut de leurs yachts, les ultimes paradis vierges d'un monde qu'ils auront contribué à détruire."  "Mais bordel, ça fait quarante ans qu'on nous prévient! Quarante ans! Quarante ans que des types nous disent qu'un jour, ça va vraiment chauffer, que la mer va monter, que ça va mal finir et qu'on les prend pour des tarés! Quarante ans qu'on nous dit de faire attention......Mais non, c'est plus fort que nous, il a fallu qu'on continue à se servir comme si de rien n'était! On s'est goinfrés, tous! Enfin, quand je dis tous, je parle de ceux qui sont du bon côté de la planète......et attention, moi le premier! Seulement maintenant, voilà où on en est!" Eh oui, tout ça, en cent quatre-vingt pages étourdissantes et glaçantes! Je dédie cette chronique à une remarquable blogueuse, Aude Lagandré, elle comprendra pourquoi.

Ajouter un commentaire

 
×