L'oubli , cette affreuse éponge qui efface tout, y compris les pires souvenirs, qui les enfouit sous une telle couche d'indifférence que les visages, les évènements deviennent comme irréels , empreints d'une nébulosité fuligineuse! C'est ce que nous démontre avec beaucoup de talent l'auteur mais pas seulement, mais ça, je ne peux pas vous le dévoiler, ce serait déchirer le masque de l'opus! Une question, simple, que je vous pose : que s'est-il passé en Argentine fin 1970/début 1980? Ce n'est pourtant pas si vieux , et cependant, qui s'en souvient quatre décennies plus tard. L'une des plus effroyables dictatures militaires ayant existé, notamment symbolisée un système de tortures et de disparitions les plus effrayantes qui soient. A travers un personnage fictionnel, celui de l'écrivain Jorge Neuman et sur le mode narratif JE, l'auteur nous raconte l'étonnante rencontre entre le romancier et ce jeune attaché culturel à qui il confie ses "mémoires". Mais sommes-nous dans le réel ou dans l'affabulation? Eh bien, lisez ce livre, c'est à la fois passionnant, très bien construit, et effrayant. Extraits :" On ne se cache pas du monde dans lequel on vit, ni de son époque". "Les dictatures ne fabriquent pas de héros, elles ne fabriquent que des pentins minables aux vies et à l'avenir sinistre. Elles ne fabriquent que des traîtres et des morts dont on trahira le souvenir." Un grand merci aux éditions Hervé Chopin, et à Agnès Chalnot, responsable de communication.

Ajouter un commentaire