Exceptionnel non seulement par sa rareté mais aussi par ce parcours complètement atypique de l'un de nos plus grands écrivains du Noir actuels ! Il nous narre , avec une sincèrité désarmante et une bonne foi touchante le parcours au forceps d'un individu que rien a priori et surtout pas son lieu de naissance ( Bretagne intérieure profonde , très profonde!), ne devait le prédestiner à devenir une "star" ( il détesterait ce "terme" !) de notre planète polar , a fortiori quand on s'est révélé au départ un élève particulièrement médiocre et c'est un euphémisme, ce "petit" bonhomme" souriant et simple qui hante désormais les salons avec une immense simplicité ! Ce mec est un génie de la langue , du style , des images , des métaphores ( pauvre instit qui doit se retourner dans sa modeste tombe granitique !) et cet opus ne dément nullement ses opus suivants , "Haka" dont les démêlés avec l'univers parfois incompréhensible aux béotiens de l'édition germanopratine sont un modèle du genre avec le recul ( car le pauvre en a bavé des ronds de chapeau avant de commencer des ronds de chapeau , rendez vous compte , dix ans de rmi , marié , un enfant , de la vache enragée ( remarquez, c'est un peu normal quand on est né à Monfort-sur-Meu !) et cette trouée soudaine autant qu'inespérée , la Série Noire Gallimard qui vous dit OUI à votre tapuscrit d'Haka après moult retouches. Ne croyez jamais que ce petit d'homme , apparemment désinvolte et revenu de tout  n'est pas obstiné , certes pas ! Haka a été un formidable déclencheur qui lui a permis d'embrayer sur une fabuleuse farandole de succès continus , constants (" ZULU, La JAMBE GAUCHE DE JOE STRUMMER, PLUTOT CREVER, MAPUCHE, NORILSK, et tant d'autres désormais dont le tout dernier PAZ ( lecture entamée , Christelle Mata , un petit clin d'oeil en passant) dont les débuts se présentent sous les meilleurs auspices mais je ne suis inquiet avec Caryl désormais , une trajectoire foudroyante dans le firmament du ciel noir ! Extraits : " Il fallait avoir les yeux dans le décolleté du monde pour ne pas y voir les mille visages de nos propres évidences."  " Le travail , c'est la santé des écrivains au chômage". Une pépite d'une rare honnêteté où l'auteur se met à nu , sans complaisance. Caryl , vous êtes un grand ( 1M 60 , peut-être maus peu importe, seul compte le talent) et je me souviendrai toujours avec une émotion non feinte le jour (en 2016, je crois?) où nous avond mangé ensemble à Arras à l'invitation de Pascal Dessaint, un autre "monstre sacré" de tes potes dans un restaurant de la place un 1er Mai !  Tu es définitivement un très grand , Caryl , sorte de Bukowski du polar ( oui, c'est la seule faille que je lui connaisse et encore (je cherche Mr Ferey , il n'est pas sur son stand ? Regardez du côté de la buvette , monsieur.) Caryl Ferey , un vagabond lumineux qui , de son oeil rieur , nous invite à découvrir ses pérégrinations planètaires ! 

Ajouter un commentaire

 
×