"Une Assemblée de Chacals" de S. Craig Zahler

Brillant et d'une rare montée en puissance, tels seraient les premiers mots qui me viennent à l'esprit quand je songe à ce roman noir dont certaines scènes pourraient paraître insoutenables à certaines personnes à la sensibilité un peu délicate, convenons-en!  En fait, dans cet opus, tout est bon , c'est un peu comme dans le cochon : le style, le rythme, le synopsis , les personnages remarquablement dessinés et qui, bien que majoritairement couleur obsidienne, restent pour le moins attachants et profondément humains, allez savoir pourquoi ( certainement le talent de l'auteur).  Le cadre, c'est le fin fond du Montana , et l'opportunité , c'est le mariage improbable entre la belle Béatrice, fille adorée du shérif claudicant du coin, et la bête Jim , "monstre" physique mais sensible , qui a soigneusement dissimulé son passé de tueur et de braqueur d'il y a trente ans et qui a rompu tout lien ( ou le croit-il) avec ce passé sulfureux! Jim va vouloir inviter , oubliant toute prudence, les anciens membres de sa bande et c'est cette faille qui va être le départ de toute cette catastrophe finale! La description horrifique de certaines scènes est absolument exceptionnelle , rien ne sera épargné  aux lecteurs, y compris la crudité et l'authenticité de certains détails , l'attaque par exemple dans l'église des irréductibles adversaires de l'ancien gang du "Grand Boxeur" reste pour moi un modèle du genre! On y voit la situation dramatique des personnages , on vit avec eux leur infinie souffrance et leur détermination farouche! Alors, c'est certain, il faut aimer le noir , le très noir , le genre sans espoir de retour , mais vous l'aurez compris , c'est l'une de mes "addictions" préférées ( mais pas seulement). Et quel travail éditorial de l'équipe Gallmeister , un travail au cordeau!  Chacals , oui, vraiment , tous ces personnages sont vraiment des chacals quelque soit leur bord mais ne portons pas en nous, quelque part dans le tréfonds de nos âmes , une part très obscure proche de ces canidés? Merci à Clotilde Le Yaouarch ( le nom est peut-être approximatif et je m'en excuse) qui fait partie de ces attachées de presse sans lesquelles ce blog n'aurait de raison d'être.  

Ajouter un commentaire

 
×