Belle surprise que cette découverte , notamment par la construction et l'approche psychologique de chaque personnage! Bien sûr , Manon Bradshaw , enquêtrice de police de 39 ans , domine l'ensemble avec sa vie tortueuse , son esprit complexe et ambivalent, mais elle est loin d'être la seule parmi cette foisonnante galaxie de personnes à l'âme trouble! Alors quand Edith Hind, belle jeune et brillante jeune fille de bonne famille, étudiante de 3ème cycle à Cambridge, disparaît soudainement, et que son père Ian, chirurgien de la Reine et surtout ami du ministre de l'Intérieur, commence à bousculer la hiérarchie policière, ça commence à devenir pénible, encore plus quand l'enquête s'enlise! Le lecteur passe sans cesse (et c'est une sacrée trouvaille!) des avancées du travail policier à leur vie privée ( ou plutôt à l'ébauche) des membres de la brigade ( Manon évidemment, mais aussi Davy, Harriet, Colin et tous les autres) et aussi à l'introspection des membres de la famille de la fille prétendument disparue, Ian, Miriam, Héléna sa meilleure amie pour le meilleur et pour le pire! Et que vient faire le meurtre de Taylor dans ce fatras? Lien.......ou pas? Et que dire du magnifique petit garçon Fly, si plein d'humanité au milieu d'un environnement d'une telle noirceur? Une très belle écriture, claire, addictive , empathique , vient complèter cet opus , agrémenté d'un bouleversement de la donne aux trois/quarts de l'ouvrage qui le relance fort opportunément! J'ai bien apprécié ce livre où nulle trace d'ennui n'a entaché ma lecture, et comme vous le savez désormais, c'est un critère essentiel pour moi. Et puis, j'y ai retrouvé étonnamment l'un de mes anciens lieux de vacances, ça m'a rendu nostalgique. Un grand merci aux éditions Les Arènes et à Jérôme Lambert, attaché de presse.   

Couverture du livre « Présumée disparue » de Susie Steiner aux éditions Les Arenes

Ajouter un commentaire