Etincelant !!! Un sublime petit opus qui swingue à chaque page, virevoltant , tourbillonnant , vibrionnant ! Jazzy dans ses plus profondes vibrations , pétillant dans ses moindres anicroches, l'auteur/pianiste vous embarque allegro et le public de même dans ses mouvements à la fois de virtuose et d'humoriste voltigeur ! Sa devise : surtout ne pas se prendre au sérieux pour un sujet qui l'est ô combien! La forme : un trio de musiciens se présente devant son public , manifestement dès l'abord pour le secouer de son inertie patente, et très rapidement avec une joie salvatrice , s'en fait un complice à coups d'oeillades et de jeux de mots désopilants! J'aurai pu vous citer la quasi totalité de l'ouvrage de 76 pages, tellement c'est pétri de drôlerie mais aussi de références culturelles époustouflantes inhérentes au monde du jazz avec en point d'orgue l'immense Oscar Peterson, mais il aurait fallu à elles seules lui consacrer plusieurs chroniques! Attention, c'est parti , extraits :" Ce n'est pas parce qu'un aveugle parle d'artistes noirs que ça doit l'exonérer du devoir d'être clair".  "Vous savez ce qu'est un gentleman? C'est quelq'un qui sait jouer de l'accordéon et qui s'en abstient."  "Le trio des Danaides remplit la salle d'une musique qui fuit."  "Dans la vie comme au cimetière, il faut bien faire des concessions".  "Les hommes descendent du singe, certains en pente douce, d'autres avec l'air en tomber à pic". "Je vous parle des chiens parce que, tous les aveugles vous le diront, c'est vers le prochain saucisson que les chiens guident."  "Les chercheurs rêvent de soutenir des thèses. Si elles ont besoin d'être soutenues, c'est bien qu'elles ne tiennent pas debout. Entre eux et l'aveugle qui vient de muer, c'est un dialogue de sourds."  "Je me dis que le jazz n'est qu'une arme de séduction lascive".   Et croyez-moi, j'en ai beaucoup oublié et ai du opérer un choix drastique!  C'est une ode au jazz, cette musique de la liberté à travers un "petit" ouvrage flamboyant , qui brille de mille feux, que vous dégustez tel un bombon roboratif et dont vous regrettez simplement qu'il fût trop court mais qui restera longtemps à l'abri dans vos méninges et que, en cas de coup de "blues" , vous pourrez reprendre au hasard de pages singulières et chatoyantes! N'oubliez pas , c'est au Dilettante, il s'appelle Romain Villet, il est pianiste aveugle et c'est un grand !!  Un grand merci à la librairie "Les Livres Enchantés" qui, par deux fois, m'a permis de découvrir cet auteur et qui, en plus, l'ont invité au salon du livre de Tilloloy dans la Somme le 1er Mai.   

L’image contient peut-être : texte 

Ajouter un commentaire

 
×