Ce roman noir à la très belle écriture , limpide , et à l'ossature particulièrement travaillée , ne pourra pas vous laisser insensible! Oyana , jeune femme basque à fleur de peau, écorchée vive , est embarquée bien malgré elle dans le parcours meurtrier de l'ETA et ce, à cause d'un puissant sentiment de culpabilité! Elle a en effet perdu, lors de circonstances très malencontreuses un ami et elle ne parvient pas à s'en remettre! Embringuée à son corps défendant dans une nouvelle expédition alors qu'elle n'est pas militante, le rendez-vous se déroule mal et inopinément, une mère et son enfant sont tués! Dès lors, Oyana doit être exfiltrée , changer de nom et totalement de vie! Le lecteur la retrouve à Mexico puis surtout au Québec, à Montréal car elle a rencontré l'amour en la personne de Xavier! Vingt-trois ans s'écoulent et c'est la dissolution officielle de l'ETA; Oyana, incorrigible nostalgique, ne peut s'empêcher de songer à un possible retour à Ciboure, sur la côte basque mais.....Dans cet opus, ce qui m'a "scotché" notamment, ce sont les passages historiques sur le Pays Basque et évidemment cette narration de la chasse à la baleine ( jolie couverture!) où vous découvrez de pans toujours opaques de ce mystérieux peuple à la langue aux origines a priori insondables! C'est splendide et l'itinéraire complexe d'Oyana ne l'est pas moins! Extrait :" Le nationalisme est quelque chose de juste pour les pauvres qui veulent se libérer de ceux qui les oppriment mais il est monstrueux quand ceux qui ont le pouvoir qui ont le pouvoir l'utilisent pour opprimer les pauvres. Dans la mort, il n'y a que des innocents".  Inutile de vous préciser que j'adore le Pays Basque et sa population, encore davantage quand il est raconté de cette manière!  Lecture à recommander, vraiment !  

Ajouter un commentaire

 
×