"Les gens sérieux ne se marient pas à Végas" de Serguei Dounovetz

Que voilà un bouquin totalement foutraque , désopilant , jubilatoire où le lecteur ne parvient pas à s'arrêter de rire tout le long des 290 pages! Ah , il a fait fort, le Serguei Dounovetz, je me l'imagine aisément se poiler tout seul derrière sa table de travail tout en laissant déborder son imagination débridée! Le cadre, c'est le Texas, un Texas genre trou du fion du monde où l'auteur ose même appeler l'un de ces lieux improbables Polar, avec une star du rock déchue avant d'avoir commencer à émerger car son alter ego de groupe vient de clamser d'une overdose, lui coupant l'herbe sous le pied d'une starisation tant attendue! C'est une galaxie de personnages et un défilé de situations les plus drôles, les cocasses, les plus "borderline", les plus "hard" concentrés en un seul volume que j'ai jamais lus, c'est irrésistible, picaresque, Abel le rocker loser et son corbillard, Candy la photographe déjantée et nymphomane, Formica ( osez ce nom franchement quoi de plus vintage!) tueur à gages minable qui n'a jamais tué que son propre père, Tardy producteur foireux et pourri jusqu'à l'os, Booble shérif proche du sérial killer, Ours Vigilant descendant dégénéré d'Apaches imbibés , vous l'aurez compris, cet opus n'est pas à prendre au sérieux mais nom de dieu que ça fait du bien et le tout à un rythme affolant, complètement débridé, où transpire la joie d'écriture de l'auteur! Extrait : Abel avait consciencieusement analysé les tendances des dernières années: faire du vent pour être dans le vent, faire du rien avec rien et finir par être adulé en n'étant rien."   "Je t'ai donné ma véritable identité, ce qui signifie ton arrêt de vie. On dit arrêt de mort. On dit aussi arrêt de bus,à raie du cul,à raie de côté, à Ray Charles.....  "La photographe sentit une tête d'épingle de chiasse percer son anus rose.".  "Comment j'ouvre la porte si j'ai les mains dans les poches? Avec ma bite?  Non, avec courtoisie!"   "Sortir ce genre d'horreur à un psychopathe, c'était comme offrir un briquet tempête à un pétomane".  Vous l'aurez donc compris, cet opus est pour le moins rafraîchissant et ne porte aucun message, sinon celui de vous faire rire, et sans retenue.  Un grand merci aux éditions French Pulp, à Sébastien Mousse et à Kim Béci, responsable de communication.  

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×