"Hével" de Patrick Pécherot

Ce livre/confession retournant en arrière sur une période de soixante ans recèle un point très fort : laisser juge et témoin le lecteur quant à la justification et aux actes commis par le narrateur! Car tout le long de cet opus, Gus ( car tel est son nom) va tenter de nous faire accroire qu'il a été contraint par les circonstances et le besoin d'agir de cette manière! Le Jura, terre d'accueil du livre, n'échappe pas aux relents nauséabonds, malsains, de la guerre d'Algérie et dans leur vieux bahut chahuté par des routes antédiluviennes, les non-dits entre lui et André, sont lourds de sous-entendus! Cet aspect saumâtre sera encore renforcé par la présence de Pierre, manifestement en fuite probablement comme déserteur et ce ne sont pas les rencontres trop rares avec Simone la cafetière qui seront susceptibles d'égayer un quotidien pénible ! Encore moins quand Pierre, à l'occasion d'une confession, annonce à André que son fils s'est suicidé en Algérie, ayant probablement mal supporté certaines méthodes inavouables! Et André, qui a le racisme chevillé au corps, comment va-t-il prendre cette nouvelle épouvantable? Un bouquin étonnant , d'autant plus qu'un quatrième personnage va surgir et qui va singulièrement bouleverser la donne, un bouquin qui ne cesse de vous tendre un miroir via la personne de Gus et de vous interroger sur le sens de vos actes et où tout ne paraît que brouillard, nébulosité, incertitude , mais finalement, qui a fait quoi et pourquoi?  Derrière la façade de meurtres et de règlements de compte, une profonde interrogation sur le sens de la condition humaine!  D'ailleurs, le titre abscons n'est-il pas extrait de L'Ecclésiaste? Encore une fois, un grand merci à Christelle Mata, attachée de presse de Série Noire Gallimard.   

Ajouter un commentaire