D'ores et déjà , deux points forts émergent à l'issue de la lecture de ce polar pur et dur : la qualité d'écriture et l'originalité de l'intrigue! Un troisième aurait pu aussi s'y amalgamer car c'est incontestablement un polar "féminin"! Qu'entend-je par là? Tout simplement que c'est un duel à fleurets à peine mouchetés entre les deux principaux personnages, deux femmes au caractère d'acier bien trempé, Eloane la sériale killeuse foldingue et Alix la journaliste flamboyante! Les hommes sont comme relégués dans un second rang où les policiers notamment ne brillent guère par leur flair et un sens raffiné de la déduction , Ruiz, Noisiel out , toujours en retard d'une étape! Le rythme aussi est intrépide, il ne laisse au lecteur aucune plage de repos, ne compter pas sur une scène de séduction pour faire un "break", ce n'est pas le genre de la maison! L'écriture est fine , ciselée , plongée dans l'acide, et l'intrigue s'appuie sur un mobile complètement "destroy" et qui cependant, se fondent sur des éléments tirés du réel, par exemple ce qu'il a été convenu d'appeler il y a quelques temps la musique concrète! C'est un opus que l'on pourrait qualifier de doloriste ( dolor, doloris, la douleur, le "pretium doloris", demandez aux assureurs, ils connaissent!) où certaines expressions du corps humain sont indissolublement liées à l'émission de bruits que des esprits pervers, détraqués , assimileraient à de la musique! Voilà, je n'en dirai pas davantage au risque de déflorer le sujet , ce qu'à Dieu ne plaise, je veux à tout prix éviter ! Un grand merci aux éditions Taurnada et à Joel Maissa qui, en l'occurrence,ont réalisé un sacré travail de remise en forme car ce même ouvrage avait déjà été édité il y a quelques années chez un autre éditeur aujourd'hui disparu. A signaler la très belle couverture, particulièrement réaliste !

Ajouter un commentaire

 
×