"Droit dans le mur" de Nick Gardel

La première chose qui vous saute aux yeux dès les premières pages de ce polar , c'est la gouaille qui papillonne à chaque page, au détour de chaque phrase , et les exemples en sont ici si nombreux que je ne saurai tous les citer : " certains visages portent sur eux l'uniformité de leur médiocrité".  " Le gendarme est un animal grégaire,il a le sens du troupeau". "J'ai bradé ma vie urbaine, mon seul vice a toujours été la lecture, alors j'ai juste délocalisé mon activité de tourneur de pages". C'est un texte vibrionnant, qui ne cesse jamais de vous embarquer dans des pérégrinations et des péripéties parfaitement ubuesques er virevoltantes, sorte de "road movie" vosgien avec dans les rôles principaux un ex/vigile en retraite qui aurait bien aimer que l'on le laisse tranquille ( mais le voisinage en décidera autrement !), un anglais déjanté et richissime, un lieutenant de gendarmerie caricatural, et surtout une secte aux moeurs débridées manipulée par un gourou cupide, lui-même aux ordres d'un vieux nazi sur le retour accompagné de son garde du corps plus vrai que nature! Avec tous ces ingrédients, Nick Gardel nous mijote une tambouille picaresque au style très alerte, vigoureux, agrémenté de passages d'une rare drôlerie! C'est rafraîchissant, c'est enlevé, parfois épicé, avec des personnages truculents et très bien croqués! C'était mon premier Gardel ( c'est vrai que certains passages ont des relents de tango argentin , non?) et ce ne sera pas le dernier. Merci encore à Jean-Louis Nogaro et aux Editions du Caiman !

Projet couv ddlm redim

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×