"Ciel de Traîne" de Gilles Vidal

"Cette sorte de musique lumineuse, syncopée et stroboscopique dansait sur la route devant ses yeux mi-clos. Et la berçait. La plongeait dans des territoires où la vie n'était plus qu'un songe instable, fugitif et cruel. Le présent, dur comme l'acier, s'évanouissait l'instant d'après, tels les entrelacs d'une brume matinale, de celles qui rendent les bois et les étangs fantomatiques. Les souvenirs ne ressemblaient alors qu'à des rêves, ces cousins nocturnes de l'abîme."   Et tout le reste de cet ouvrage est au même plan en termes d'écriture, de style! C'est superbe, presque enchanteur et ce, malgrè cette noirceur dominante qui sied à ce genre d'opus! C'est l'histoire d'une vengeance qui aurait pris son temps, tout son temps, celle d'Anka ( alias Josy), abandonnée, martyrisée, séquestrée, battue durant toute son enfance et adolescence et qui va revenir hanter son ancien lieu de perdition pour remettre à sa façon les pendules à l'heure avec ses anciens tortionnaires! Le lieutenant Kamensky reste perplexe quant à ces cadavres et aux faibles indices retrouvés. Sans bien entendu vous "spoiler" le dénouement , sachez que j'étais très loin du compte et qu'il ne faut pas espèrer un "happy end" , totalement inenvisageable! Un grand merci aux éditions Zinedi et à leur fondatrice, Fabienne Germain, qui m'a permis de faire connaissance avec la prose magnifique de Gilles Vidal. 

Ciel de traîne

Ajouter un commentaire