Un nouveau diamant a émergé ( si j'ose dire par rapport au titre) au firmament du monde du polar et je dis pas cela parce que l'auteur vient de recevoir le prix 2018 du festival Interpolart de Reims ! Deux histoires dans une, aussi addictives l'une que l'autre, finalement très différentes et très proches! Un tueur en série ( quoi de plus banal me direz-vous quoique..) manifestement obsédé par le milieu aquatique par ses mises en scène au charme à la fois littéraire et terrifiante indéniable, et la cybercriminalité redoutables par ses effets et ses arcanes et qui ne peuvent être dévoilés que par une infime minorité! Le commandant Alain Dormeuil , revenu en grâce après une sorte de "placardisation" due à ses méthodes peu goûtées par la hiérarchie, se retrouve avec cette double affaire sur les bras et des conséquences désastreuses ( plusieurs morts, un seul modus opérandi mais n'a t-on pas affaire à un "copycat?). Un style très efficace, un rythme effréné facilité par une construction impeccable et des chapîtres courts qui incite à une lecture type "page turner", une galerie de portraits absolument magnifique dont ce "Momo" n'en est que le plus bel exemplaire et , non, je ne vais pas "spoiler", n'ayez crainte, quel retournement dans les toutes toutes fins ! Extrait : "Il y a un point commun entre les ambitieux et les cons, c'est qu'avec eux on n'est jamais déçu."  "Les assassins, les salauds, les pervers qui font souffrir, ces mecs qui battent leurs femmes, ce sont les fils de quelqu'un. Ils ont tous une mère et un père qui sont peut-être des gens très bien." Une lecture de cette qualité, j'en redemande chaque jour , chaque heure, chaque minute. Merci, L.Fintoni de figurer parmi ces auteurs qui entretiennent ma soif livresque.  

Couverture du livre : Tout corps plongé...

Ajouter un commentaire

 
×