"Mourir en Août" de Jean-Baptiste Ferrero

De ce livre , j'aurai vous citer des passages entiers tant la langue est riche, dense , drôle, parfois irrésistible, avec des dialogues à la Audiard , des scènes à la Lautner, un rythme virevoltant et endiablé, alors je vais me réfréner et me contenter de quelques-uns mais avec regret! Extrait " : "Même les diplomes s'achètent aujourd'hui.Et puis son problème n'était pas de nature cognitive.Je n'ai jamais dit qu'il était débile.Il était affligé, comme beaucoup de ces jeunes cons qui héritent de la fortune et des relations paternelles, d'une perte totale de contact avec la réalité.Il souffrait d'une bêtise de classe.Il ne cherchait pas à défendre pragmatiquement les intérêts de sa caste, mais pensait réellement être d'une essence supérieure."   "C'était le parfait prototype du connard haut de gamme dont le secret de fabrication est jalousement gardé dans les coffres de ces prestigieuses grandes écoles que le monde entier ne nous envie pas.Il avait la morgue d'un chien de concours et la froideur d'un missile intercontinental; "Je ne peux pas sacquer tous ces crétins en collant moule-burnes qui envahissent les méandres ombragés des Buttes en vous infligeant le consternant spectacle de leurs anatomies en perdition. C'est un véritable festival de fesses tremblotantes, nichons en gelée,guibolles cagneuses et trognes cramoisies.Pour quelques vrais sportifs à la foulée souple et déliée, on voit surtout de trottinants blaireaux qui, fesses tendues et jambes arquées, se dandinent comme des canards sodomites sortant de chez le proctologue: "jele sens encore!Je le sens encore!" Jerôme Bosch revu par Daumier! Bon, tout ça pour vous dire que la bande à Thomas Fiéra, Adélaide, Fred, Richard , Manu , ça explose, ça ventile, ça disperse façon puzzle et que ce n'est pas une officine à relents fachos, un pseudopode de dégénérés en voie d'extinction qui va les arrêter dans leur quête de vérité! On est toujours en excès de vitesse et à la limite du burn out , c'est border line, mais que c'est rafraîchissant! Pour faire un mauvais jeu de mots , oserai-je dire que c'est du sous-dard mais du très bon? Trop tard, c'est dit! Alors, si vous voulez vous aérer un instant les neurones dans ce monde merde, c'est indéniablement une recette possible, elle recèle tous les ingrédients nécessaires! Un grand merci à Jean-Baptiste Ferrero qui, malheureusement,ne trouve plus d'éditeur! Alors, sais-t-on jamais, si quelqu'un peut l'aider!  

Résultat de recherche d'images pour "couverture mourir en août ferrero"

Ajouter un commentaire