"Aucun Répit" de Pierre Brocchi

Une remarque liminaire pour débuter cette chronique : il est nécessaire de souligner à mon sens la grande qualité d'écriture et le travail éditorial ! Voilà, c'est dit. Et d'abord, quel "road movie" et sur une thématique complètement originale à ma connaissance jamais abordée à ce jour, en l'occurrence celle des églises à répit ! Alyzée, au chevet de sa mère agonisante d'un cancer en phase terminale, va apprendre de la bouche de cette dernière en guise de testament qu'elle doit retrouver des carnets rédigés dans leur demeure familiale en Ecosse pour connaître la vérité sur ses origines et son existence! Alyzée va alors aller de découverte scabreuse en hallucination vertigineuse qui vont totalement la déstabiliser et l'entraîner dans une croisade vengeresse et destructrice contre l'Eglise, certains curés et ce qu'on appelle "les églises à répit" fondées sur un mensonge bien gardé! Celles où certains ecclésiastiques faisaient croire aux parents que leurs enfants étaient morts/nés mais ressuscitaient miraculeusement pour qu'ils puissent être baptisés et ainsi entrer au paradis! Vaste fumisterie qui aura duré des siècles! Alyzée va aussi comprendre que sa vraie mère était une soeur jumelle, donc une tante sous les ordres qui s'est suicidée à sa naissance et que son véritable père est probablement un prêtre! Lourd passé et lourd passif, s'il en est ! En dehors de l'écriture remarquable déjà évoquée, il faut insister sur la prégnance du personnage principal, Alyzée, que le lecteur voit passer par toutes les phases des sentiments humains, colère, rancoeur, violence, vengeance, résilience, et les personnages secondaires bien croqués comme l'équipe de policiers à ses trousses, l'excellent rythme imposé par l'auteur, et surtout l'intrigue particulièrement originale et qui a du exiger de nombreuses recherches, sans compter les descriptions très fines de lieux ( abbayes,villages) dont je sais qu'ils correspondent à la réalité puisque pour la plupart d'entre eux, il se trouve que je les ai visités! Bravo à Pierre Brocchi et un grand merci à Véronique Thabuis et aux éditions Lucien Souny.

Commentaires (2)

Jean-Michel LECOCQ
  • 1. Jean-Michel LECOCQ | 31/01/2018
Cher Jean-Michel,

Je suis particulièrement heureux que tu aies aimé ce roman que j'ai lu récemment et auquel j'ai moi aussi consacré une chronique laudative. En plus, c'est un copain que je retrouve avec plaisir sur les salons provençaux. C'est quelqu'un de fabuleusement sympa et je te conseille son premier polar construit sur le thème des fresques des transis et qui s'intitule précisément "Le carnaval des transis". Je trouve qu'il a gagné en qualité d'écriture et je me suis régalé avec ce "Aucun répit".
Souny, c'est la maison d'édition qui voulait publier "Un charmant petit village" et à qui j'ai préféré les éditions Lajouanie.
Bravo pour ta chronique;

Amicalement.

Jean-Michel
VIDAL
Bonjour Jean-Michel, ça me fait plaisir de lire cette chronique. Pierre Brocchi en sera très certainement ravi et les éditions Lucien Souny aussi. Je vais bientôt le lire, l'histoire est très originale et l'auteur s'est donné du mal.

Merci pour ce soutien aux Plumes Noires !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×